15 Janvier 2014 - Cours 2

L'ingénieur militaire au 17e - 18e siècles en Nouvelle-France

La colonisation de l'amérique va impliquer de développer une nouvelle profession, c'est vraiment ça l'apport du 17e siècle, c'est l'arts de l'ingénieur militaire. Des écoles vont se formeront car ils auront besoin d'ingénieur militaire fiable.

Pourquoi commencer par l'architecture militaire?

Au Québec il y a encore beaucoup de fort un peu partout, comme démontrer dans le powerpoint. La raison pour laquel les militaires étaient ici, c'est pour des raisons de ressource, la fourrure et de la richesse. La fourrure est fournis par des poppulations autoctone. Les richesses sont convoités. Les compagnie sont en rivalité pour l'avoir. Champlain, trouve des points stratégique afins de bâtir des forts dans des point qu'il considère facile à défendre.

Réseaux des principaux forts de la Nouvelle-France

Tours du fort des Sulpiciens, 1684

Fort de Senneville, 1703

Plan de la Prairie de la Madeleine, levé en l'année 1704

Fort de Chambly

Section de la fortification de Montréal, 1718-1744

Fort Saint-Louis, Kahnawake, 1725

Fort de l'Île Sainte-Hélène, 1820-1824

Fort Lennox, Île-aux-Noix, 1819-1829

Fort de Lévis #1, 1865-1872

Fort de Lévis #3, 1865-1972

Les principales explorations de Champlain

La Genèse de la fortification bastionnée

Au début de l'art de la guerre, les projectiles font souvent des arcs lorsqu'il attaque. Pour se protègé des attaque parabolique la stratégie était de faire des mur haut. Ainsi rend l'attaque plus difficile puisque c'est plus difficile de viser.

Type de fortification obsolète avec la diffusion (vers 1300-1350) de l'artillerie à poudre

Préparation de fourreaux en tissus pour la poudre, fixés sur les flèches incendiaires

Assiégeants s'avançant sous des protections en osier , ms. Vers 1400- 1450

Le cannon

Le cannon, tire à l'horizontale sur une distance de 150m à 200m, tous ce qui est dans la trajectoire du tir sera fauché. Cette nouvelle technologie va causé un problème par rapport à la façon don les fortifications sont faites. Ils vont essayer de progressivement évoluer afins de mieux se défendre et optimiser la défense contre les attaques et réduire les coups. Plusieurs coup de cannon ça coute cher et ils ne peuvent passe permettre de tirrer un boulet par soldat enemie. C'est une évolution qui va s'étendre sur plusieurs siècles. De grande tours semi-circulaire (tour à cannon) qui seront mis à l'avant au chateau (toujours relier) afin d'avoir un meilleur angle angle pour lancer les boulets. Le cannon recule de plusieur cm à chaque coup.

Tour à canons, château de Fougères, France, XIIe siècle, modernisé au XVe siècle

Le moineau

Casemate adossée à l'escarpe, établie au pied des courtines ou sous les arches des ponts dormants. Les moineaux étaient destinés à permettre aux défenseurs de battre le fond des fossés par des tirs rasants

Moineau triangulaire

Il devien de plus en plus aérodynamique, mobile. Il se forme de plus en plus pour être résistant des coups de cannon. Souvent les tirs de l'attaque seront de plus en plus vers ce point, car il doit être détruit pour que l'attaque avance. Il prend une forme triangulaire afin de mieux se protégé et ricochet les coups. Le moineau va devenir l'ADN du château et il va devenir de plus en plus important.

Fort bastionné, Mont Alban, Nice, 1557-1560

Le système bastionnés

Le système bastionner, fausser et élimination des murs en hauteur. Les pièces d'artiellerie sont toujours placé dans le Flanc (Tracé bastionné). Il faut proportionner la taille des bastion et le tir des cannons afin d'optimiser la défense. Cette exigence, ses tracés, et dessins vont exiger les specialité d'un ingénieur militaire.

Exemple de ville fortifiée avec bastions et flancs, Groningen, XVII siècle

Fortification de Lille, Vauban ingénieur, fin du 17e siècle.

La fortification palissadée en Nouvelle-France

Les fortifications légère (l'habitation de champlain). Les ingénieurs militaire prenaient toujours des notes lorsqu'il capturais quelque chose au cas ou ça pourrait être utile. Il ne négligent rien. La richesse a défense ne dois pas être inférieur au coût de la défense.

Gravure montrant la première habitation de Champlain, Québec, 1608

Reconstitution temporaire et maquette de la première habitation du Champlain, Québec, fin XIXème siècle et 1930.

Reconstitution de l'habitation de Samuel Champlain, à Port Royal, Nouvelle-Écosse, vers 1940

Plan du fort des Renards sur la rivière Saint-Joseph, Illinois, 1730

Plan de l'Enclos de Plaisance, Terre-Neuve, 15 Septembre 1690

Le plan de l'habitation de Charles Mahier, Plaisance, Terre-Neuve, 1714

Perspective et plan montrant l'emplacement de la maison du marchand Jacques Lemoine vers 1676, Montréal, 1676

Élévation et perspective du Fort des Chicachas, 1739

Vue de Trois-Rivières en 1721

Vauban : Une révolution administrative

Le cannon tire droit, ça implique de défendre un territoire et on se doit de maitriser la géométrie. Il faut pouvoir dessiner autour d'un point a fortifier et de concevoir les possibilités de tir et faire des relevé. L'ingénieur militaire ne dois pas négliger aucune construction, comme un moulin qui donnerait a l'enemie la possibilité de faire un beau tir, il serait blâmer. Il faut être en mesure de controler tout les possition dans le site pour pouvoir le rendre défendable. Les artistes italien sont les premiers ingénieur militaire. Léonard de vinci, les artistes italien de la renaissance.

Michelange, dessin d'un projet de fortification pour Florence (vers 15292-30)

Machine de siège, Léonard de Vinci, XVe sièche

Tout les puissance européenne vont faire appel a ses artistes. Le problème avec ses artistes italien, c'est qu'ils sont italien. L'artiste a aucun intérêt de rester avec un client, si un autre client paye plus, bien ils s'en vont avec leur plan. Ils sont pas fiable. C'est a cause de ça que les nations vont crée à l'interieur même de leur nation, une formation d'ingénieur militaire.

Sébastien Le Preste marquis de Vauban

Ce système de profession va se développer de plus en plus et sera gerrer par le marquis de Vauban (Powerpoint), Les 3 système de Vauban. Il multiplie le nombre de faussé, afin de crée des couloirs ou les attaquant seront pris et tiré par les cannons. On vois bien ses systèmes, les micro bastillon et les demi-lune. Tous l'espace autour de la ville, il doit absolument rien avoir, on doit tout voir. Au 18e siècles, les maquettes commencent a apparaitre et ils sont présenter dans le louvre. Maquette Duberger, la maquette de Québec y est encore.

Fortifications de Lille, Vauban ingénieur, fin du 17e siècle

Maquette de Neuf-Brisach, ville crée ex nihilo en 1697 dans la plaine d'Alsace

Galerie des plans-reliefs au Louvre

Plan-relief de Québec, Jean Baptiste Duberger maquettiste, 1806-1808

Comment prendre une ville bastionnée?

Le siège en 12 phases : Plan du siège de Maastricht, 1673

Il faut que l'attaque entoure la ville afin de bloquer l'aide. (Powerpoint) La ligne d'attaque (trouver le vrais nom) fais en général 8x la taille de la fortification. Ils envoient au maximum 80 000 hommes. Il y a toujours eu des espions donc ils ont de plus en plus des repères. L'attaquant arrive avec ses propres ingénieur militaire, il arrive préparer. Il creuse un systeme de tranché afin de s'approcher de plus en plus de la forteresse. 4k - 8k tir de boulet pour faire tomber le bastion. Les sièges sont toujours très précissément planifié. Ils peuvent savoir à la minute prêt quand est-ce que l'attaque sera terminer.

Comment le système Vauban peut-il planifier tout cela?: Vauban, Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuplres, À Paris, de l'Impr. de la Vve d'A. Chrestien, 1686

Vauban , Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples, À Paris, de l'Impr. de la Vve d'A. Chrestien, 1686

Vue aérienne du système défensif de Fort Niagara, NY, 1755-1756

Vauban, Moyen de rétablir nos colonies des Amériques et de les accroître en peu de temps.

Les corvées imposées aux habitants, pour l'essentiel dans les campagnes

Terrassement, cens seigneurial, dîme, milice, route et chemins, construction de l'église - presbytère, logement de militaires

La fortification bastionnée en Nouvelle-France : L'exemple de Québec

Plan et vue de la seconde habitation de Champlain, en maçonnerie, édifiée en 1624. Le plan date de 1634, Jean Bourdon ingénieur, et montre une esqisse de bastions)

Projet d'agrandissement du fort avec havre pour navire, Jean Bourdon ingénieur, 1634

Un soir, Jean Bourdon image un projet d'agrandissement du fort avec havre pour navir, mais ce plan ne sera jamais fait. Il fais un relevé de la ville, le plus fidèle possible (1660)… La majorité de ce que les ingénieur militaire ne font que faire des maquettes, en prévision de.

Plan du fort Saint-Louis, 1635, Jean Bourdon

Vue cavalière du fort St-Louis en 1683 et ses ouvrages défensifs immédiats

Plan de Québec, Jean Bourdon, 1660

Projet de fortification de 1664. Pour la Haute-Ville suite régulière de cinq bastions disposés sur un arc de cercle terminé aux extrémités par deux demi bastions. Fortification faible puisque dominée par les hauteurs du Cap diamant

Denonville couppe sur la ligne A, B, C, marqué sur le plan de Quebec. 13 novembre 1685

Québec vue des hauteurs d'Abraham, 1789, James Peachey aquarelliste

Vue de l'enceinte édifiée par le major Provost en 1690 anticipant l'attaque de William Phips en octobre 1690 . Elle est composée de 11 redoutes de pierres reliées par une palissade de pieux. Édifiée en 6 semaines. C'est la première enceinte complétée de Québec

Plan de la seconde fortification en talus palissadé de 1693 par l'ingénieur Josué Boisberthelot de Beaucours, 1695

Vue de l'enceinte édifiée entre 1691 et 1693, par l'ingénieur Josué Boisberthelot de Beaucours. Il s'agit de trois redoutes en pierre (redoute du cap, cavalier du moulin, redoute saint Nicolas) reliées par des remparts de pieux et de terre battue

Proposition d'enceinte par l'ingénieur Levasseur de Néré, 1702

Plan de l'ingénieur Levasseur de Néré, 1709, proposant un nouveau mur d'enceinte et l'agrandissement de la Basse-ville par des remblais gagnés sur les batures.

Profil du Quai pour l'Enceinte de Québec, dessin de l'ingénieur Robert de Villeneuve, vers 1689

Projet radioconcentrique de Chaussegros de Léry, octobre 1716

Projet orthogonal de Chaussegros de Léry, octobre 1716

Plan d'agrandissement de la Basse-Ville avec place d'Armes, Chaussegros de Léry, ingénieur, 1727

Plan de Québec, 1740, Chaussegros de Léry

Plan des fortifications de Québec complétée entre 1745 et 1751

Vues montrant l'enceinte définitive telle que complétée en 1751

Plan de Montréal en 1685

Tracé de la palissade de pieux de bois de Montréal de 1687-1689

Fort du coteau de Montréal, 1693

Projet de densification de Montréal par le percement d'une grande rue médiane et de rues transversales, 1718, Chaussegros de Léry (1682-1756) ingénieur

Plan (1725) du tracé de la fortification de Montréal édifiée entre 1717 et 1744, G.C. De L. ingénieur

Plan et élévation d'un hopîtal, Biloxi (Mississipi) , Leblond de Latour, ingénieur et architecte, 722